Official Logo ×

VEUILLEZ NOUS EXCUSER ...

Certains contenus ont seulement été créés en anglais.
Nous nous efforçons de vous donner accès au meilleur de la Volvo Ocean Race 2014-15 dans votre langue.

Merci.

Le jury a pris sa décision

Previous
Team Vestas confiant dans l’avenir
Next
Abu Dhabi sous pression
Le jury a pris sa décision
 
L’équipage espagnol de MAPFRE a pris deux points de pénalité jeudi de la part du jury indépendant de l’ISAF, pour avoir violé certaines règles lors de l’étape 5 de la Volvo Ocean Race. Dans une autre décision, le jury s’est par ailleurs prononcé sur des changements de voile demandés par trois équipages.

Après avoir écouté l’équipage ainsi que la direction de course jeudi, le jury dirigé par Bernard Bonneau a établi que l’équipage espagnol avait effectué des altérations et des réparations sur l’étrave et un outrigger sans en avoir informé la Volvo Ocean Class Authority (VCA) et avait donc violé des règles de classes ainsi que des règles de course.

Si un équipage estime nécessaire une modification ou une réparation, les règles de classe lui imposent en effet d’en informer la classe immédiatement. Bonneau a par ailleurs ajouté que le jury composé de cinq personnes, estime que le travail n’a pas été réalisé dans le but d’augmenter les performances du bateau sur l’étape numéro 5 et que leur deuxième place était conservée.

L’équipage cumule maintenant 20 points à l’issue de ces cinq étapes et passe de la quatrième à la cinquième place.

L’équipage a expliqué un peu plus tôt, par la voix de son spécialiste en règlement Luis Saenz Mariscal, que, qu’il s’agisse de l’étrave ou de l’outrigger, ces modifications avaient été réalisées car le skipper, Iker Martinez, craignait que le bateau ne soit endommagé.

Saenz Mariscal a expliqué que l’outrigger s’était cassé précédemment pendant la course et l’équipage avait entendu un craquement sur l’étrave et craignait qu’elle soit délaminée. Il a expliqué que, dans les conditions du Pacifique Sud, Martinez craignait que le bateau et l’équipage ne soient en danger si ces mesures n’étaient pas prises. Il a expliqué que l’équipage n’avait pas informé la VCA mais avait partagé une vidéo avec la direction de course à Alicante, en Espagne.

Martinez était aussi le skipper de Telefonica lors de la dernière édition. Son bateau avait connu un délaminage qui avait contraint l’équipage à faire escale en Argentine pour réparer.

Dans une décision séparée du jury de l’ISAF, Dongfeng Race Team a été autorisé a remplacer la grand-voile endommagée pour l’In-Port Race ainsi que pour l’étape 6 qui débute dimanche.

Team SCA et Team Vestas Wind ont fait des demandes similaires. Team SCA voulait changer son code zéro fractionné et Team Vestas Wind son J3. Ces deux demandes ont été refusées.

La voile de Team SCA a été inutilisable lors de l’étape 5 après avoir été endommagée lors d’un empannage chinois. Cela a depuis été réparé mais le skipper, Sam Davies, craint que la réparation ne cède lors de l’étape numéro 6.

Les règles de course précisent que si un bateau abime ou perd une voile et ne dispose pas de cette voile de rechange, il doit faire une demande à la classe ainsi qu’au jury de l’ISAF pour obtenir la permission de la remplacer.